00

Aucun produit

Livraison gratuite !Livraison
0,00€

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier.Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits: 
Frais de port: Livraison gratuite !: 
Taxes0,00€
Total: 
Continuer mes achatsCommander

Sensibilisation aux allergies

Cette année, Allergy UK a choisi « la qualité de l'air : les allergènes autour de nous » comme thème pour la semaine de sensibilisation aux allergies 2019.

Sensibilisation aux allergies

Updated on

Cette année, Allergy UK a choisi « la qualité de l'air : les allergènes autour de nous » comme thème pour la semaine de sensibilisation aux allergies 2019. Nous parlons très souvent du rhume des foins et des allergies alimentaires et négligeons l'impact de l'air de notre intérieur sur notre profil d'allergie.

La qualité de l’air de notre intérieur

Chaque jour, un adulte respire 15 mètres cubes d’air et plus de 900 substances, réputées nocives pour la santé, ont été identifiées dans l’air de nos intérieurs. Ces substances comprennent des polluants provenant de sources telles que les matériaux de construction, les meubles et les produits d'entretien, ce qui particulièrement problématique pour les personnes souffrant d'allergies aéroportées, d'asthme et de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Selon Allergy UK, une bonne qualité de l'air intérieur est cruciale pour la santé humaine et particulièrement pour les groupes vulnérables - les bébés, les enfants, les personnes âgées ainsi que pour les personnes atteintes de maladies respiratoires et allergiques.

Comme nous passons, de nos jours, en moyenne 90 % de notre temps à l'intérieur, il est important de prendre en compte la qualité de l'air que nous respirons à la maison, au travail et dans les environnements sociaux. Une mauvaise ventilation, de la moiteur ou de l'humidité peuvent entraîner une augmentation de la prolifération des acariens, des spores et des moisissures qui peuvent aggraver ou même causer des allergies. Pour souligner à quel point la qualité l'air est importante, on estime « qu'au Royaume-Uni, au minimum 9 000 décès par an sont attribuables à la pollution de l'air intérieur et que les niveaux de nombreux polluants dans l'air intérieur peuvent être de 2 à 10 fois plus élevés qu'à l'extérieur. »

Le lien entre les allergies aéroportée et les allergènes

Pourquoi la qualité de l'air de notre intérieur est-elle si importante ? Pour beaucoup d'entre nous, l'air que nous respirons ne provoque pas de conséquences immédiates alarmantes, mais pour ceux qui souffrent d'allergie, les polluants de l'air intérieur peuvent déclencher une cascade de symptômes invalidants tels que : des éternuements, des démangeaisons, le nez qui coule, un gonflement important des voies respiratoires et une difficulté à respirer. Les allergènes aéroportés courants sont :

  • le pollen
  • les poils des animaux
  • les acariens et leurs excréments
  • les bactéries, les moisissures et les spores
  • les substances chimiques présentes dans les peintures, les tapis, les parfums, les plastiques, les plantes, les produits d'entretien
  • la fumée
  • le latex

On estime que 20 % de la population britannique souffrent d'une allergie et que 5,4 millions de Britanniques suivent actuellement un traitement contre l'asthme. En fait, le Royaume-Uni présente le taux de prévalence d'allergies le plus élevé au monde. Il est donc temps de réagir et d'améliorer la qualité de l'air intérieur.

7 façons d'améliorer la qualité de l'air intérieur

  1. Ouvrez quotidiennement les fenêtres pour améliorer la ventilation et renouveler l'air ambiant. Envisagez l'installation d'un purificateur d'air pour éliminer les substances chimiques nocives, la fumée, les acariens, les moisissures, les spores, le latex, les poils d'animaux, les bactéries et le pollen.
  2. Investissez dans une literie anti-acariens (protège-matelas, couettes et oreillers) et achetez un aspirateur antibactérien à lampe UV intégrée qui élimine les bactéries et les acariens de la literie.
  3. Enlevez les tapis ou la moquette et remplacez-les par du parquet ou du carrelage afin de réduire l'accumulation d'acariens et de poils d'animaux, et investissez dans un aspirateur certifié contre les allergies qui élimine les poils d'animaux, les acariens, le pollen et les bactéries.
  4. Investissez dans un bon absorbeur d'humidité, en particulier si vous séchez vos vêtements à l'intérieur. Le fait de réduire l'humidité de l'air intérieur aide à enrayer la croissance des moisissures et à réduire la propagation des spores.
  5. Remplacez les produits d'entretien chimiques par des produits de nettoyage écologiques et biodégradables et des chiffons qui respectent l'environnement.
  6. Choisissez des peintures et des vernis exempts de substances chimiques pour la décoration intérieure afin de réduire la charge toxique.
  7. Changez pour des produits de beauté sans parfum ou aux parfums naturels/bios et remplacez les produits en aérosol à base de substances chimiques (déodorants, vaporisateurs pour le corps, laques pour cheveux) par des alternatives naturelles ou des versions sans aérosol.

Qu'est-ce qu'une allergie ?

Une allergie est une réaction de l'organisme lorsqu'une substance perçue comme nocive entre en contact avec l'une des parties du corps : peau, bouche, muqueuse nasale, gorge, poumons, estomac ou intestin. Des cellules immunitaires spéciales (anticorps) parcourent l'organisme à la recherche de substances nocives, puis libèrent des médiateurs chimiques de type hormonal (histamine) pour « sonner l'alarme » indiquant que le corps est menacé. Les cellules immunitaires vont déclencher une réaction de « gonflement » pour isoler la zone contaminée et contenir la substance nocive, minimisant ainsi la menace pour le reste de l'organisme. Un excès de mucus ou de liquide, une toux et des éternuements sont produits afin d'aider à éliminer la substance nocive et à l'expulser par les voies respiratoires. Les substances chimiques analogues aux hormones naturelles utilisées dans cette réponse immunitaire ont tendance à causer des irritations et des lésions aux cellules voisines. C'est la raison pour laquelle une réaction allergique est souvent accompagnée de rougeurs, de démangeaisons, de douleurs et d'une gêne.  

Les compléments alimentaires utiles

Le problème réside dans le fait que les allergies ont tendance à perturber l'organisme. Il est vrai qu'il existe de nombreuses substances réellement dangereuses, mais le pollen, les poils d'animaux et les acariens ne devraient pas figurer sur la liste des menaces potentielles ! Une façon d'aider à atténuer la gêne occasionnée par les gonflements, les démangeaisons et les irritations consiste à rechercher des moyens d'arrêter ou au moins de limiter la libération d'histamine. La vitamine C a été surnommée l'antihistaminique naturel et les aliments riches en vitamine C sont les baies, les baies de Goji, l'acai, le persil, les agrumes et les légumes à feuilles vertes. Lorsqu'on parle de compléments alimentaires, la vitamine C liposomale arrive en tête grâce à son absorption rapide et son passage dans le sang où elle peut commencer à renforcer l'action bénéfique des anticorps et aider à contrebalancer la réaction allergique. Si vous souffrez d'allergies, le glutathion liposomal est un autre complément alimentaire qui peut s'avérer utile. Le glutathion est un puissant antioxydant qui aide à recharger la vitamine C et à réduire les lésions oxydatives causées par la réaction inflammatoire, aidant ainsi à protéger les cellules environnantes. La recherche montre également que le glutathion joue un rôle important dans la protection des cellules pulmonaires. Comme pour la vitamine C, c'est la forme liposomale de ce nutriment qui est importante. Le glutathion Altrient contient une forme de glutathion connue sous le nom de Setria, un tripeptide puissant (glutamate, cystéine et glycine) produit par un processus de fermentation qui permet une absorption et une biodisponibilité optimisées.  

Conseils diététiques pour lutter contre les allergies

La meilleure stratégie alimentaire pour les personnes sujettes aux allergies consiste à réduire les aliments sucrés, les produits laitiers et la viande rouge car ces aliments entretiennent le processus inflammatoire. L'accent devrait être mis sur les aliments riches en antioxydants tels que fruits colorés, les baies, les légumes et les acides gras oméga (noix, graines, poisson gras) qui favorisent la production de prostaglandines anti-inflammatoires et à maintenir la bonne santé du système immunitaire.

Par Susie Debice BSc Hons, DipION, nutritionniste et thérapeute spécialiste de l'alimentation  

Bibliographie

  • https://www.allergyuk.org/allergy-awareness-week-spring-2019
  • Joshi PC et al. « Le poumon alcoolique : épidémiologie, physiopathologie et thérapies potentielles. » Am J Physiol Cellule pulmonaire Mol Physiol. 2007 ; 292 (4) : L813-23.
  • Vincent HK et al. « Stress oxydant et interventions potentielles pour réduire le stress oxydatif chez les personnes en surpoids et obésité. » Diabète Obes Metab. 2007 nov ; 9 (6) : 813-39.
  • Skalicky J et al.« Évaluation du stress oxydatif et de l'inflammation chez les adultes obèses atteints du syndrome métabolique. » Clin Chem Lab Med. 2008 ; 46 (4) : 499-505.
  • Lash LH. « Transport rénal du glutathion : identification des porteurs, des fonctions physiologiques et des controverses. » Biofacteurs. 2009 ; 35 (6) : 500-508.
  • Richie, JP ; et al. « Essai contrôlé randomisé de supplémentation orale en glutathion sur les réserves corporelles de glutathion. » J Nutr. 2014 ; 194 : 55-59 ; Eur J Nutr. Mars 2015, volume 54, numéro 2, pp 251263.
  • May J, Z Z, Li X (2001) « Rôle du GSH dans le recyclage de l'acide ascorbique dans les cellules endothéliales. » Biochemical Pharmacology 62 (7) : 873-881.
  • Meister A (1994) « Glutathion - Système antioxydant de l'acide ascorbique chez les animaux. » The Journal of Biological Chemistry 269 (13) : 9397-9400. Mendiratta S, Z Z, May J (1998) « Recyclage de l'ascorbate dépendant d'enzymes dans les érythrocytes humains : rôle de la thiorédoxine réductase. » Biologie et médecine des radicaux libres 25 (2) : 221-228.