00

Aucun produit

Livraison gratuite !Livraison
0,00€

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier.Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits: 
Frais de port: Livraison gratuite !: 
Taxes0,00€
Total: 
Continuer mes achatsCommander

Votre digestion est-elle perturbée à Pâques ?

Si vous êtes l'une des nombreuses personnes à travers le monde qui souffrent de troubles digestifs, vous devez vous poser beaucoup de question, qui restent souvent sans réponse, quant à la façon dont vous pourriez gérer la douleur et l'inconfort de l'intestin.

Votre digestion est-elle perturbée à Pâques ?

Updated on

Si vous êtes l'une des nombreuses personnes à travers le monde qui souffrent de troubles digestifs, vous devez vous poser beaucoup de question, qui restent souvent sans réponse, quant à la façon dont vous pourriez gérer la douleur et l'inconfort de l'intestin. Votre vie peut vite devenir impossible si vous souffrez de problèmes digestifs, et de nombreux facteurs peuvent exacerber votre état, notamment lors de célébrations telles que Pâques. Même s'il ne s'agit que d'un long week-end férié, un apport élevé en œufs de Pâques riches en chocolat et en sucre suffit à déclencher des troubles digestifs. Cependant, bien qu’il n’y ait pas de solution miracle, des nutriments comme le glutathion et la vitamine D peuvent potentiellement apporter un soutien au système digestif.

Les symptômes indiquant que le système digestif peut ne pas fonctionner pas correctement varient considérablement d'un individu à l'autre et, chez les femmes, ils peuvent souvent s'aggraver pendant la menstruation. Les affections courantes incluent :

  • Douleur abdominale
  • Ballonnements
  • Gaz
  • Besoin urgent d'aller à la selle, avec peu de contrôle
  • Diarrhée
  • Constipation

La raison pour laquelle certaines personnes développent des problèmes digestifs n’est pas toujours bien comprise et, malheureusement, il est souvent difficile de définir avec précision les causes de la diversité des troubles gastro-intestinaux. Cependant, des recherches plus récentes ont permis de mieux comprendre les mécanismes susceptibles de favoriser les changements gastro-intestinaux fonctionnels. Les études suggèrent que de nombreux facteurs, dépendant souvent de l'individu lui-même, contribuent aux conditions digestives. Les symptômes peuvent donc se manifester différemment selon les personnes.

Les causes possibles identifiées comprennent :

  • Stress oxydatif dû à des défenses antioxydantes inadéquates, ce qui prépare le terrain à une inflammation chronique de bas grade
  • Les patients peuvent avoir des terminaisons nerveuses particulièrement sensibles autour de l'intestin, ce qui peut expliquer la douleur ressentie
  • Problèmes avec la façon dont le cerveau et les intestins communiquent, ce qui affecte le système digestif
  • Le temps de transit des aliments peut être trop lent ou trop rapide, créant des changements dans les selles
  • Des intolérances alimentaires peuvent être présentes, pouvant déclencher des troubles digestifs.
  • Les régimes riches en sucre et en matières grasses favorisent la croissance de bactéries intestinales malsaines.
  • Une réponse inhabituelle aux infections intestinales
  • Un déséquilibre dans le microbiome intestinal.
  • Les événements stressants de la vie

Voici les 4 étapes essentielles pour une digestion saine

  1. Éliminer les aliments déclencheurs, ainsi que les amidons et les fibres fermentescibles, afin de réduire l'impact de la fermentation bactérienne dans l'intestin.
  2. Ajouter à la diète des suppléments contenant des antimicrobiens naturels pour soutenir le microbiome intestinal.
  3. Inclure des nutriments qui aident à neutraliser les radicaux libres et à réduire le stress oxydatif.
  4. Reconstituer des bactéries bénéfiques pour l'intestin

Étape 1 - Aliments à éviter

Les aliments peuvent influencer les mouvements de l'intestin et la sensibilité du ventre, raison pour laquelle de nombreuses personnes considèrent certains aliments comme des éléments déclencheurs. Le microbiome intestinal est un équilibre délicat qui évolue entre des agents pathogènes intestinaux opportunistes et des probiotiques sains. Manger trop de sucre ou d’aliments sucrés peut faire pencher la balance du mauvais côté, en favorisant la prolifération de microbes qui produisent des gaz, et de substances qui favorisent l’inflammation.

De plus, les glucides hautement fermentescibles connus sous le nom de FODMAP (oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentables) ne sont pas bien absorbés dans l'intestin grêle, ainsi que par certains patients atteints du syndrome du côlon irritable (SCI), et peuvent déclencher des symptômes communs. On pense qu'éviter les FODMAP (fructose, fructanes, lactose, sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol) à court terme aide à calmer les distensions gastriques et les malaises digestifs.

Étape 2 - Microbiote intestinal

Plusieurs trillions de microbes résident dans l'intestin et jouent un rôle central dans la santé et le fonctionnement du système digestif. Une prolifération de bactéries malsaines dans l'intestin entraîne une perturbation de la digestion.

  • Près de 60 % de tous les patients atteints du SCI souffrent de prolifération bactérienne de l'intestin grêle. Cette affection digestive peut entraîner une inflammation et de nombreux symptômes couramment associés au SCI. Les scientifiques ont constaté que l'éradication de la prolifération bactérienne de l'intestin grêle entraînait une amélioration significative du SCI.
  • Selon de petites études, les antibiotiques à large spectre augmentent considérablement le risque de développer le SCI, ce qui est probablement dû à des altérations du microbiote intestinal.

Étape 3 - Glutathion, vitamine D et stress oxydatif

Les patients souffrant du SCI ont tendance à avoir des niveaux croissants de substances clés qui interviennent dans la réponse du système immunitaire aux bactéries intestinales. Cette anomalie favorise l'inflammation cellulaire et les dommages oxydatifs dans l'intestin. Le glutathion est un puissant antioxydant, produit par le corps pour aider à contrer les dommages aux cellules causés par les espèces réactives de l'oxygène, telles que les métaux lourds et les radicaux libres. De faibles défenses antioxydantes peuvent donc endommager les cellules de l’intestin.

Manger des aliments protéiques de bonne qualité, tels que le poulet, le poisson et les haricots, fournit les acides aminés dont votre corps a besoin pour synthétiser le glutathion et peut aider à soutenir la santé des cellules qui tapissent le mur intestinal.  

Vérifiez vos niveaux de vitamine D

L’Université de Sheffield a récemment passé en revue un grand nombre de travaux de recherche liés au SCI et a constaté qu’il existait une forte prévalence de carence en vitamine D chez les patients atteints de cette maladie. Les chercheurs ont également évalué les avantages potentiels de la supplémentation en vitamine D sur les symptômes du SCI. Leurs conclusions ont mis en évidence l’importance de niveaux adéquats de vitamine D pour une bonne santé intestinale.

Étape 4 - Reconstituer les bonnes bactéries intestinales

Une supplémentation en probiotiques peut être recommandée après une série d'antibiotiques ou d'antimicrobiens naturels, car ceux-ci peuvent affecter le délicat équilibre des bactéries bénéfiques dans l'intestin.

Jacqueline Newson, thérapeute nutritionnelle diplômée BSc (Hons)

 

RÉFÉRENCES

  1. Ahmad OF & Akbar A. Microbiome, antibiotiques et syndrome du côlon irritable, British Medical Bulletin, 2016; 120, 1: 91–99.
  2. Al-Daihan et al. Un régime riche en graisses stimule le microbiote pathogène intestinal et maintient les lésions hépatiques chez les rats traités aux antibiotiques. Cell Mol Biol . 2018; 64 (1): 103-106.
  3. Brenner DM et Stern EK. Thérapies à base de microbiote intestinal pour le syndrome du côlon irritable. Gastroentérologie clinique et translationnelle 2018; 9: 134. 
  4. Derrien M et al. Les chromogranines et les sécrétogranines fécales sont liées à la composition bactérienne intestinale fécale et muqueuse de patients atteints du SCI et de sujets en bonne santé. Rapports scientifiques 2018; 8: 16821.
  5. Ding WX, Ong CN et Shen HM. Le glutathion intracellulaire est un cofacteur de la mort cellulaire apoptotique induite par l'acide méthylséléninique de cellules d'hépatome humain HEPG (2). Free Radic Biol Med. 2002; 33 (4): 552-61.
  6. Opinion personnelle de Gibson PR & Shepherd SJ : pistes de réflexion - style de vie occidental et susceptibilité à la maladie de Crohn. L'hypothèse FODMAP. Alimetn Pharmacol Ther. 2005; 21: 1399-1409.
  7. Harper A, Garcha D, Naghibi, MM. Le rôle des bactéries, des probiotiques et de l'alimentation dans le syndrome du côlon irritable.  Nourriture. 2018; 7 (2): 13.
  8. https://www.niddk.nih.gov/health-information/digestive-diseases/irritable-bowel-syndrome/symptoms-causes. [Consulté le 25/2/19.]
  9.  https://www.sheffield.ac.uk/news/nr/vitamin-d-supplements-ibs-1.759023 [Consulté le 28/2/19.]
  10. Ledochowski M., Sperner-Unterweger B, Widner M et al. Syndrome de malabsorption  glucidique et signes précoces de dépression mentale chez les femmes. Dig Dis Sci. (2000) 45: 1255-9.  
  11. Siebecker A. Issu de la conférence intégrative PBIG 2017
  12. Mise à jour sur la pratique des intervenants. Journal de médecine naturelle 2017; 9,6.
  13. Wang YD et al. Effets opposés du métabolisme à jeun sur la tolérance des tissus à l'inflammation bactérienne et virale. Cell 2016; 166, 1512–1525.